Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Protégé : gorge m’goun

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

.
 

kelaa mgouna ville des roses

mgouna.jpgmgouna.jpg

Dans la vallée du Dadès, au sud du Maroc, le printemps s’accompagne de la cueillette des roses et de festivités autour de cette fleur parfumée. Kelaa M’Gouna est le lieu où les jardins de roses abondent et cette région a justement basé son économie sur l’exportation de cette reine des fleurs. L’essence et l’eau de rose sont autant de produits qui proviennent de ce coin de pays au sol fertile et propice à l’agriculture. La production est en moyenne de 4000 tonnes de roses par année.
Dès la mi-mai, à l’aube, les femmes, vêtues d’une gandoura où seront déposés les précieuses fleurs, cueillent une à une ces  » Rosa Damascena « . Celles-ci ont été apportées par des pèlerins de retour de la Mecque. Des graines seraient tombées tout au long du chemin et depuis, des rosiers ornent et embaument de leur parfum toute la vallée.La cueillette terminée, les festivités commencent et dureront trois jours. Les habitants de tous les villages voisins se donnent rendez-vous à Kelaa M’Gouna. Des expositions de produits artisanaux (bijoux, tapis,…) et agricoles, des manifestations musicales et des compétitions complètent cette fête des roses. des pétales roses qui se déposent sur leurs vêtements. Les soirées se déroulent dans les nombreux jardins de roses où tout le monde se réunit pour danser et pour élire Miss Roses. Une jeune fille célibataire sera élue reine d’un jour. Elle défile sur un char décoré et parfumé, les spectateurs enthousiastes l’acclament et des pétales de roses jonchent le sol où elle passe. Les danses folkloriques telles que l’Ahidous, la danse du sabre et la danse de l’abeille animent les nuits de ces festivités.

La danse de l’abeille

Cette danse folklorique symbolise la femme en abeille et l’homme en apiculteur et les tambours et les flûtes rythment la cadence. Cette représentation démontre que l’apiculteur ne peut vivre sans les abeilles qui ne peuvent à leur tour vivre sans les fleurs. L’unité de la nature est vécue dans son essence.

Les bras chargés

.
 

Protégé : kelaa m’gouna ville des roses

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

.
 

Navigation


Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
L'Association des Parents d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| toute ma vie !!!
| Blog du niveau intermédiaire